Focus peuples autochtones

Kanehsatake, 270 ans de résistance

d’Alanis Obonsawin-1993-119 mn

En juillet 1990, un litige autour d'un terrain de golf qui serait construit sur des terres kanien'kéhaka (mohawks) à Oka ouvrait la voie à une confrontation historique qui ferait les manchettes internationales et s'imprimerait dans la conscience collective du pays. La réalisatrice Alanis Obomsawin – tantôt avec une petit équipe, tantôt seule – a passé 78 jours derrière les barricades kanien'kéhaka pour filmer l'affrontement armé entre les manifestants, la Sûreté du Québec et l'armée canadienne. Sorti en 1993, ce documentaire phare a été vu dans le monde entier, remportant plus d'une douzaine de prix internationaux et entrant dans l'histoire du Festival international du film de Toronto, où il est devenu le premier documentaire à remporter le prix du meilleur long métrage canadien. Jesse Wente, directeur du Bureau des productions audiovisuelles autochtones, en parle comme d'un « moment charnière dans l'histoire du cinéma des Premiers Peuples ».

Du teweikan à l'électro Documentaire

de Kim Obonsawin-2019-52 mn

Il y a très longtemps, hommes, femmes et enfants de tous âges, clans, allégeances et nations se sont unis au son de ses vibrations. Entre les mains des auteurs-compositeurs-interprètes Pakesso Mukash (Cri/Abénaki), Shauit (Innu) et Moe Clark (Métis), il s’avère toujours un puissant outil de communion. Sous des airs désormais folk, électro ou reggae, le teweikan- qui signifie tambour traditionnel - s’efforce encore aujourd’hui de créer des ponts entre les générations, les vivants et les morts, les territoires, les conquis et les insoumis.

Rouge gorge

Documentaire de Marie PascaleDUBÉ-2019-89 MN

Depuis l’enfance, Marie-Pascale Dubé est capable de produire des sons très graves et rauques, aux inflexions particulières. La découverte du katajjaq, chant de gorge traditionnel inuit où des voix féminines s’affrontent dans une sorte de concours ludique, sera une véritable révélation pour celle qui est désormais chanteuse et réalisatrice. Cette trouvaille l’amènera jusqu’à Igloulik, en compagnie de sa mentore Charlotte Qamaniq, pour interroger sa propre histoire autant que celle du Québec et du Canada. Premier long métrage, Rouge gorge relate la précieuse rencontre avec un peuple et une culture, et la célébration d’une partie inédite de soi.

Programme de courts métrages de Wapikoni Mobile :

En présence d’Elisa Moar

Wapikoni mobile :

 

Des studios ambulants dotés d’équipements à la fine pointe de la technologie qui « roulent vers » les communautés autochtones

Une collection unique au monde de plus de 1145 films et 750 musiques, une contribution exceptionnelle au patrimoine culturel des Premières Nations.
 

170 prix et mentions remportés dans de prestigieux festivals nationaux et internationaux.
 

Un organisme à but non lucratif et un organisme de charité enregistré qui emploie une douzaine de personnes dans ses bureaux administratifs et environ 60 contractuels sur le terrain, dont le tiers est autochtone.  

  • Page-festival-cinéma-québécois
  • Twitter-page-festival-de-cinéma-québ
  • Youtube-festival-cinema-québécois

Tous droits réservés

2018 Festival de cinéma québécois des grands lacs-Biscarrosse

Organisé par l'association Amitié France Québec.Créé avec Wix.com